Actualités

Focus sur la prise en charge des calculs rénaux à l’Hôpital privé Clairval

on 13/07/2021

Les calculs rénaux sont des cristaux (aussi appelés lithiases urinaires) qui se forment à l’intérieur des reins et dont la taille peut varier. Si la plupart d’entre eux s’éliminent spontanément, d’autres peuvent devenir très douloureux lorsqu’ils empruntent les uretères, conduisant même, en cas d’obstruction, à une colique néphrétique.

Les Dr Thomas Maubon et Stanislas Rybikowski sont chirurgiens urologues à l’Hôpital privé Clairval (Marseille, Provence-Alpes-Côte d'Azur). Ils diagnostiquent et traitent les calculs rénaux problématiques.

Vigilance autour de la colique néphrétique

Au départ, de vives douleurs et de fortes suspicions de calculs. « Les patients nous sont adressés par leurs médecins traitants ou via le service des urgences suite à des douleurs intenses et localisées que l’on appelle colique néphrétique, expliquent les spécialistes. Un diagnostic et une prise en charge rapide sont alors programmés ». Parmi les premiers examens réalisés, un scanner peu irradiant permet de situer rapidement tous les calculs.

La colique néphrétique est considérée comme l’une des douleurs les plus aiguës qui puissent être ressenties. Unilatérale et lombaire, elle traduit la pression subie par l’uretère, bouché à cause du calcul. « Certains patients peuvent également présenter de la fièvre associée à ces douleurs. C’est l’un des signes avant-coureurs d’une potentielle infection causée par la stagnation des urines dans la vessie ne pouvant être vidangée ». Pour ôter les calculs enclavés, plusieurs méthodes sont envisagées : traitement médicamenteux, lithotritie extracorporelle[1] ou bien à l’aide d’un laser, par voie naturelle.

Le laser Holmium à la rescousse

Le laser Holmium est utilisé depuis 2 ans par les Dr Maubon et Rybikowski au sein de l’Hôpital privé Clairval. Si son efficacité a déjà été prouvée dans le cadre du traitement de l’adénome de prostate, elle est également avérée pour la prise en charge des calculs rénaux. « C’est un appareil puissant, qui permet de rendre les calculs à l’état de sable, chose qui n’était pas possible avec les autres lasers ».

Le taux de réussite de cette intervention réalisée en ambulatoire avoisine les 100%. « Une fois le calcul transformé en poussière, nous pouvons alors l’évacuer et pour cheminer jusqu’à lui, nous empruntons les voies naturelles. C’est un vrai avantage pour le patient qui évite ainsi toute incision et désagréments post-opératoires associés ».

Lorsqu’un patient présente un calcul rénal, il est amené à en refaire, et ce, même si son bilan médical est bon. Un traitement médical et/ou un régime alimentaire adaptés peuvent cependant permettre de limiter les risques. 

 

[1] Technique qui consiste à éliminer en fragments les calculs par le biais d'ondes de choc.